Passer au contenu principal

Cours disponibles

Hydrogéologue

  • ENVIRONNEMENT – EAU – DÉCHETS - PROPRETÉ
Vient de paraître ! Nouveau Guide des secteurs qui recrutent : à découvrir
Scientifique de haut niveau et chercheur, l’hydrogéologue est un spécialiste des eaux souterraines. Il ou elle intervient pour résoudre des problèmes de ressources en eau, exploiter des nappes aquifères et protéger la qualité des eaux et des sols contre toute pollution.

Description métier

L’hydrogéologue recherche les zones aquifères (riches en eau), évalue leurs ressources et dresse des plans d’exploitation pour gérer au mieux la distribution de l’eau. Il est donc un prospecteur, puisqu’il travaille d’abord à la détection des nappes souterraines destinées à la consommation, à l’irrigation ou à la géothermie. Après avoir déterminé les lieux de captage et la mise en place de leur protection, il dirige l’équipe de forage pour assurer le suivi technique de l’opération et prévenir tout risque de pollution lors des essais de pompage.

L’hydrogéologue a également en charge la surveillance de la qualité de l’eau et la réalisation d'études réglementaires. A ce titre, il œuvre pour la protection de l’environnement

Il intervient dans le cadre d’études de projets d’aménagement urbain, industriel, agricole ou de génie civil aux effets potentiellement négatifs sur les eaux souterraines.

En cas de pollution, il dresse les plans de décontamination du sol et des nappes d’eau, puis en assure la mise en œuvre.

L’hydrogéologue exerce un métier d’études et de recherches en laboratoire, de cartographie et de modélisation, mais il travaille aussi sur le terrain, en plein air, ce qui implique beaucoup de déplacements, y compris dans le cadre de missions à l’étranger et notamment pour des missions humanitaires (recherche et exploitation de l'eau). Il.elle est amené dans le cadre de ses travaux et recherches à animer des conférences et séminaires, à rédiger des articles... 

Le plus souvent, l’hydrogéologue est employé par des services déconcentrés de l’État (Industrie, Environnement, Agriculture, Forêt, Équipement), des collectivités locales, le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), les Agences de l’eau ou des bureaux spécialisés en environnement.

Études / Formation pour devenir Hydrogéologue

Les hydrogéologues sont à la base des géologues spécialisés dans le domaine de l'eau. Ils ont des formations d’ingénieurs ou d’universitaires ou souvent les deux.

Exemples de formations : 
 

niveau bac + 5

  • Master hydrogéologie-hydrobiogéochime-hydropédologie (Rennes 1)
  • Master HSE - hydrologie, sol et environnement (Avignon) 
  • Master STPE - sciences de la Terre et des planètes, environnement
    Différents parcours : hydrologie, hydrogéologie, géochimie environnementale (Sorbonne Université), hydrogéologie et transferts (Poitiers)
  • Master gestion de l'environnement
    Différents parcours : gestion des milieux aquatiques restauration et conservation - Gemarec (Université de Lorraine)
  • Master géologie Appliquée (Université de Franche Comté, Besançon)
  • Master sciences de l'eau (Université de Montpellier)

    Pour plus de détails sur les masters : www.trouvermonmaster.gouv.fr
     
  • Diplôme d'ingénieur de l'École polytechnique de l'université de Montpellier spécialité génie de l'eau
  • Diplôme d'ingénieur de l'École nationale supérieure d'ingénieurs de Poitiers de l'université de Poitiers spécialité génie de l'eau et génie civil
  • Diplôme d'ingénieur de l'Institut Polytechnique UniLaSalle spécialité sciences de la terre et environnement
  • Diplôme d'ingénieur de l'École nationale supérieure en environnement, géoressources et ingénierie du développement durable de l'Institut polytechnique de Bordeaux
  • Diplôme d'ingénieur de l'ENGEES - école nationale de l'eau et de l'environnement

A savoir : les écoles d’ingénieurs proposant des options en hydrologie, chimie, géosciences, environnement…sont aussi intéressantes pour ce métier.

niveau bac + 6 et >

  • MS (mastère spécialisé)
  • Doctorat 

Salaires

Environ 3 000 € brut par mois pour un jeune ingénieur hydrogéologue + primes de mission.

Evolutions de carrière

Le besoin de spécialistes de l’environnement et de la ressource en eau entraîne actuellement une demande en ingénieurs.

Possibilité d'évoluer vers des postes d'encadrement d’équipe et de responsabilité, quelle que soit la structure qui les emploie.


Crédit photo : Ccat82 - Fotolia


OBJECTIFS

Les études à mener ont pour but, d'une part, de mettre en évidence les problèmes posés par la présence d'eau dans les sols[1], et d'autre part, de fournir tous les éléments nécessaires de connaissance sur les nappes et les écoulements[2]. Ceci permet la définition et la mise en œuvre de solutions techniques appropriées de gestion qualitative et quantitative des eaux.

Les objectifs des études hydrogéologiques liées à un projet d'infrastructure sont :

§  apprécier les conséquences de l'hydrogéologie locale au niveau du tracé, sur les terrassements et les ouvrages à réaliser ;

§  déterminer l'impact environnemental du projet sur les nappes et les écoulements de l'eau ;

§  prévoir et dimensionner les dispositifs à mettre en place ;

§  contribuer à l'évaluation de surcoûts éventuels ;

§  cerner les éventuelles conséquences sur le délais.


Les reconnaissances piézométriques associées aux études doivent fournir les informations suivantes :

§  la profondeur, l'épaisseur, l'étendue et la perméabilité des couches de terrains aquifères et des réseaux de joints dans la roche ;

§  la cote altimétrique de la surface de la nappe ou le niveau des formations aquifères, leurs variations dans le temps et les niveaux réels de la nappe, y compris des éventuels niveaux extrêmes et leur intervalle de récurrence ;

§  la répartition des pressions interstitielles ;

§  la composition chimique de l'eau et sa température.


Les informations obtenues par la reconnaissance doivent permettre d'évaluer les aspects suivants :

§  les possibilités de rabattement de la nappe et les méthodes à mettre en œuvre ;

§  les éventuels effets préjudiciables de l'eau interstitielle sur les excavations et les talus ;

§  toute mesure nécessaire à la protection de la structure (par exemple imperméabilisation, drainage et dispositions contre l'agressivité de l'eau) ;

§  les effets du rabattement de la nappe, de la dessication et des effets de barrage sur l'environnement du projet ;

§  la capacité du terrain à absorber l'eau injectée pendant les travaux de construction ;

§  la possibilité d'utiliser l'eau de la nappe locale, en fonction de sa composition chimique, à des fins de construction, en intégrant les dispositions législatives applicables ;

§  la possibilité de rejet des eaux traitées dans le milieu naturels, ou, à l'inverse, la nécessité d'étancher les structures (drainage, bassin etc.).

D'autres pages permettent d'avoir des précisions sur les essais disponibles : essai Lefrancessai de pompageessai Lugeonperméafor ...

DÉROULEMENT ET CONTENU DES ETUDES

Les reconnaissances de terrains doivent être effectuées en plusieurs phases, en fonction des questions qui se posent lors de la programmation, de la conception et de la construction du projet considéré.
La première reconnaissance de terrain doit permettre de séparer les différents niveaux aquifères et leurs possibles interactions avec le projet. A cet effet, les reconnaissances préliminaires visent à fournir les résultats suivants :

§  la présentation des grandes unités hydrogéologiques locales ou des écoulements souterrains, dans le cadre des connaissances régionales ou d'expériences antérieures ;

§  l'évaluation des conséquences possibles de l'hydrogéologie sur le projet ;

§  l'impact prévisible du projet sur l'hydrogéologie locale ;

§  une évaluation des incertitudes de l'étude sur les informations fournies ci-dessus ;

§  la définition du programme des études à entreprendre en phase « dimensionnement ».